Apprendre la propreté à un chien/chiot

Apprendre la propreté à un chien ou à un chiot est assez simple... à condition de respecter quelques principes de base et d'oublier quelques très mauvais conseils.

Chien qui lève la patte contre un arbre
source : http://vetcandiac.com

Ce qu'il faut d'abord savoir avant de vouloir apprendre la propreté à son chien


  1. Il faut déjà savoir qu'avant 4 mois, il est plutôt illusoire d'attendre de son chiot qu'il soit propre. Une bonne raison à cela est que ce n'est que vers 4 mois qu'il obtiendra un bon contrôle de son sphincter.
  2. La notion de propreté n'est pas la même pour nous, humains, que pour les chiens. Un chien est naturellement propre dès qu'il ne fait plus ses besoins sur son lieu de couchage et d'alimentation. Il faut donc intégrer que le punir ou le gronder d'avoir fait ses besoins à l'intérieur n'a aucun sens. Ce qui a du sens pour lui est de ne pas faire là où il dort et où il mange.
  3. Oubliez purement et simplement toute idée d'utiliser un tapis éducatif, un journal ou tout autre ustensile devant servir à récupérer les besoins de votre chien. C'est totalement contre-productif et incohérent avec le fait d'apprendre à un chien à faire ses besoins dehors.
  4. Un chiot de 2 mois est, en moyenne, incapable de se retenir plus de 2-3h et peut éliminer de 15 à 20 fois par jour. 3 à 8 fois par jour pour un chien adulte qui peut se retenir jusqu'à 12h.

Quand le sortir ?

Le plus souvent possible !

Si vous avez choisi de prendre un chiot à 2 mois (je conseille plutôt d'attendre sa 12ème semaine), ne comptez pas moins de 8 à 10 sorties par jour.
Même si cela peut paraître effrayant en terme d'organisation, avoir un chiot c'est comme avoir un bébé. Et choisir d'en adopter un revient à accepter de lui consacrer beaucoup de son temps au début.
Si votre travail ne vous permet d'être très disponible pour un chiot, que votre entourage ne peut pas vous aider et que faire appel à un dog sitter n'est pas plus envisageable, mieux vaut ne pas en prendre un.

Ces nombreuses sorties quotidiennes doivent avant tout servir à la socialisation et à l'habituation de votre très jeune chiot. Cependant, on va aussi s'en servir pour lui apprendre rapidement la propreté.

Il y a des moments "stratégiques" qu'il ne faut pas louper pour sortir son chiot en balade.
  • Au plus tôt le matin
  • Au plus tard le soir
  • Dès qu'il a mangé
  • Dès qu'il a bu
  • Dès qu'il se réveille
  • Dès qu'il a joué
Pour le reste, tentez d'avoir une fréquence de balade - à raison d'une quinzaine de minutes max pour un chiot de 2 mois -  de toutes les 2h environ.

Et une fois dehors, que dois-je faire ?

Tout d'abord, il n'est pas impossible que votre chiot soit tellement accaparé par son environnement qu'il en vienne à ne pas forcément faire ses besoins dehors. C'est normal et absolument pas grave.
Un bon moyen de contourner ça tout en lui permettant de se familiariser plus vite à tous ces nouveaux stimuli et de faire souvent le même trajet au début.

Dès qu'il se met en position pour éliminer, ne le tirez pas avec la laisse vers un endroit que vous jugez plus approprié. En revanche, vous pouvez désigner cet endroit et l'inciter à y a aller d'une voix enjouée.
Prévoyez toujours de quoi enlever et nettoyer.

Une fois qu'il a fini, pas avant, félicitez le chaleureusement. Vous pouvez aussi vous servir d'une autre récompense ; comme une friandise, par exemple.

Si le chiot se met à tourner tout autour d'un endroit pendant un bon moment, ne vous agacez pas et attendez patiemment qu'il ait fini de repérer les lieux.

Et s'il fait encore dedans ?

On respire un grand coup, zen et on garde le sourire.

D'abord, ce qu'on ne fait pas, c'est de punir ou disputer le chiot. On ne cherche pas non plus à lui mettre la truffe dans ses mictions ou ses défécations, à grand renfort de "Non !" et d'attitudes menaçantes.
Il arrive notamment à certains chiens et chiots de lécher leurs urines et de manger leurs selles pour les cacher à la vue de leur propriétaire. Espérant éviter ainsi de nouvelles réprimandes.

Attendez que votre chiot soit ailleurs pour nettoyer hors de sa vue.
S'il vous voit faire, il pourrait prendre ça comme une invitation au jeu et être incité à recommencer pour capter votre attention.

Pensez à nettoyer vraiment à fond pour éliminer au maximum les odeurs. N'oubliez pas que l'odorat est le sens principal du chien ; ne vous fiez donc pas au votre.
Chiots et chiens font souvent au(x) même(s) endroit(s). Et ils y sont incités par les dépôts odorants laissés précédemment.

Les troubles de l'élimination

Si vous constatez les symptômes suivants, il faudra consulter en premier lieu un vétérinaire :
  • absence de mictions
  • mictions abondantes et très fréquentes
  • mictions douloureuses
  • diarrhées
Certaines pathologies somatiques peuvent expliquer ces symptômes. La quantité d'eau ainsi que l'alimentation joue aussi un grand rôle dans l'élimination.


La malpropreté peut aussi être comportementale.
Si le vétérinaire ne détecte aucune pathologie, il faudra faire appel à un comportementaliste.

5 commentaires:

  1. Bonjour,
    Vous dîtes que les tapis ne sont pas la bonne méthode et que c'est incohérent pour apprendre la propreté à un chiot mais vous ne dîtes pas pourquoi. Je ne remet pas en doute vos propos je cherche juste à comprendre car c'est quand même utile un tapis ?

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, merci pour vos conseils, la propreté c'est vraiment essentiel dans l'éducation d'un chien alors je suis sûr que cela va en aider plus d'un :)

    RépondreSupprimer
  3. TRÈS JUSTE COMME ARTICLE .RIEN A RAJOUTER

    RépondreSupprimer
  4. Super article, je suis moi même éducateur canin sur Vaud - Valais en Suisse, une vrai passion depuis toujours ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Love for animals is appreciated. I usually walk with my dog on the beach on weekends. Everything I can see is the beautiful scenery of the sea at sunset with many seals playing. Great.
    Russian bear dog

    RépondreSupprimer

 

Articles les plus consultés

Qui suis-je ?

Ma photo
Ermont, Ile de France, France
En tant que comportementaliste, je suis spécialisé en comportements canins et j'interviens dans la relation homme-chien. J'aide les propriétaires à mieux comprendre leur chien et à mieux se faire comprendre d'eux. Mon approche est éthologique et systémique.